75 ans de l’Inde et des Nations Unies… par l’Ambassadeur Asoke Mukerji

0

La Femme (75 ans de l’Inde) – L’Inde est l’un des 51 fondateurs de l’Organisation des Nations Unies (ONU). L’Inde, après l’indépendance de la Grande-Bretagne le 15 août 1947, a “continué” en tant que membre originel de l’ONU.

Mme Vijayalakshmi Pandit a prononcé la première déclaration majeure de l’Inde indépendante à l’Assemblée Générale des Nations Unies (AGNU)  le 19 septembre 1947. Elle a noté que «les grandes puissances, au lieu de se rapprocher, s’éloignent davantage. Il y a de la tension, du suspense et de l’anxiété, et une conscience inquiète que les choses se dirigent peut-être vers un nouveau désastre annihilant pour l’humanité…». Rejetant les tentatives de faire de l’Inde une partie de la confrontation idéologique de la guerre froide, Mme Pandit a déclaré que «l’idéologie est moins importante que la pratique. Nous ne pouvons pas manger une idéologie; on ne peut pas brandir une idéologie, et se sentir habillé et logé. Nourriture, vêtements, abri, éducation, services médicaux- ce sont les choses dont nous avons besoin». L’Inde indépendante avait clairement articulé sa vision de l’ONU comme fournissant un cadre mondial de soutien pour la transformation socio-économique de l’Inde.

Cette vision s’est poursuivie au cours des 75 dernières années. Deux réalisations majeures témoignent de la contribution de l’Inde à l’ONU jusqu’à présent. Premièrement, la campagne réussie pour démocratiser les relations internationales permettant aux anciens pays coloniaux de devenir des membres indépendants de l’AGNU avec la résolution historique unanime sur la décolonisation adoptée par l’AGNU en décembre 1960. Deuxièmement, le positionnement progressif des questions de développement durable fermement sur l’agenda central de l’AGNU. L’ONU et ses agences spécialisées, résumées dans l’adoption unanime par l’AGNU de l’Agenda 2030 avec ses 17 Objectifs de Développement Durable (ODD) en septembre 2015. Les ODD représentent une matrice holistique de l’effort humain, couvrant la santé, l’éducation, le genre, l’énergie, l’emploi, l’infrastructure , les inégalités, la croissance urbaine, la consommation et l’environnement terrestre, marin et aérien.

Ces deux réalisations ont été rendues possibles par l’engagement diplomatique proactif de l’Inde avec d’autres États membres de l’AGNU sur la base de valeurs et d’intérêts partagés. En 1961, l’Inde est devenue                 l’un des co-fondateurs du Mouvement des non-alignés (NAM) qui refusait de s’enliser dans la politique conflictuelle des blocs de la guerre froide. Le NAM compte aujourd’hui parmi ses membres 120 des 193 États membres de l’AGNU. En 1964, l’Inde a rejoint 77 pays en développement nouvellement indépendants pour créer le Groupe des 77 (G-77), qui compte actuellement 134 États membres à l’AGNU. La force motrice du G-77 est la création d’un nouvel ordre international équitable, basé sur la Charte d’Alger qu’il a adoptée en 1967, et l’Agenda 2030 est l’intérêt central du G-77 à l’ONU.

L’inclusion de la démocratie et du développement durable a ajouté de la substance aux activités de l’ONU et de ses agences spécialisées au cours des 75 dernières années. Le préambule de l’Agenda 2030 des Nations Unies souligne qu’«il ne peut y avoir de développement durable sans paix et pas de paix sans développement durable». Pourtant, la paix et la sécurité internationales sont de plus en plus menacées, principalement en raison d’un Conseil de Sécurité de l’ONU (CSNU) de plus en plus inefficace. Actuellement, plus de 50 conflits sont à l’ordre du jour du CSNU, notamment en République démocratique du Congo, au Soudan du Sud, au Mali, en République centrafricaine, en Libye, en Syrie, au Yémen, au Moyen-Orient, en Irak, en Afghanistan, au Myanmar et en Ukraine. Ces conflits ont déplacé près de 90 millions de personnes à travers les continents.

En Asie du Sud, la détérioration rapide de la situation en Afghanistan provoquée par le refus du CSNU de respecter l’accord de Doha approuvé par la résolution 2513 du CSNU en mars 2020 a privé la moitié de la population afghane (environ 20 millions de femmes) de leurs droits fondamentaux à l’éducation et à l’emploi. , qui font partie intégrante de la mise en œuvre de l’Agenda 2030.

En réponse à ces défis à la paix internationale, la sécurité et le développement, le premier ministre de l’Inde Shri Narendra Modi a proposé un projet ambitieux de « réformer le multilatéralisme » pour le rendre centré sur l’humain lors du Sommet du 75e anniversaire de l’ONU en septembre 2020. Les deux principaux objectifs de celui-ci sont les réformes au sein de l’ONU, en particulier du CSNU: et les réformes des organisations multilatérales interconnectées (l’ONU, ses agences spécialisées, le Fonds Monétaire International (FMI), la Banque mondiale et l’Organisation mondiale du commerce) pour créer un cadre mondial cohérent pour répondre aux défis communs auxquels l’humanité est confrontée. Les pays en développement, qui forment la grande majorité des membres de l’ONU, ont un intérêt direct à réformer l’ONU et d’autres institutions multilatérales pour les rendre plus efficaces et réactives. L’ODD 16.8 de l’Agenda 2030 contient l’engagement unanime de l’AGNU de réformer les institutions multilatérales pour «élargir et renforcer la participation des pays en développement aux institutions de gouvernance mondiale ».

Du 12 au 13 janvier 2023, l’Inde a organisé un sommet virtuel “Voix du Sud pour un Développement Centré sur l’Humain” . L’importance de l’initiative de l’Inde peut être mesurée par le fait que 125 pays ont répondu à cette initiative, dont 47 d’Afrique, 31 d’Asie, 29 d’Amérique latine et des Caraïbes, 11 d’Océanie et 7 d’Europe. Les pays participants étaient liés par des préoccupations communes concernant les questions de développement durable qui leur étaient prioritaires, sur lesquelles les institutions multilatérales existantes n’ont pas réussi à fournir des résultats significatifs.

Le résultat du Sommet mondial du Sud de New Delhi sera intégré dans le processus du G-20 par l’Inde, qui préside actuellement le G-20. Il est significatif que les deux prochains présidents du G-20 soient également des participants de premier plan au Sommet mondial du Sud de New Delhi, le Brésil prenant la présidence en 2024 et l’Afrique du Sud en 2025. Parallèlement, l’initiative de l’Inde apporte une contribution majeure au préparatifs du «Sommet du Futur» de l’ONU, prévu à New York en septembre 2024.

Parvenir à un “multilatéralisme réformé” par le biais de ces processus exigerait que les dirigeants du monde examinent la situation internationale après les perturbations causées par des causes naturelles et humaines au cours des trois dernières années, qui ont freiné l’élan d’une coopération internationale constructive. Dans ce contexte, une décision du « Sommet du Futur » de l’ONU de convoquer une Conférence Générale de l’ONU en 2025, lorsque l’organisation fêtera son 80e anniversaire, serait appropriée. En tant que chef de file de la diplomatie, du dialogue et du développement, l’Inde doit jouer un rôle majeur pour atteindre cet objectif.

***

[L’Ambassadeur (à la retraite) Asoke Mukerji a pris sa retraite en tant que représentant permanent de l’Inde auprès des Nations Unies à New York en décembre 2015 après plus de 37 ans de service comme diplomate.]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here