Officiel et sans surprise, Matthias Müller (patron de Porsche) vient d’être nommé PDG du groupe Volkswagen

0

Automobile (Volkswagen) – Touché en plein cœur par le scandale des moteurs diesel truqués, le géant automobile Volkswagen vient de désigner un nouveau capitaine pour le guider dans la tempête, après la démission retentissante de son patron, Martin Winterkorn.

Selon Reuters, c’est devenu officiel depuis un heure, alors que son nom faisait déjà la Une de la presse allemande depuis jeudi, Matthias Müller, le patron de Porsche, a été nommé ce vendredi PDG du groupe Volkswagen. Il prend ainsi «immédiatement» la succession de Martin Winterkorn, parti mercredi sur fond de scandale sur les moteurs diesel truqués.

En effet, c’est sans surprise et sans difficultés que Matthias Müller a obtenu une majorité parmi les 20 membres du conseil de surveillance réuni ce vendredi 25 septembre.

Volkswagen : Matthias Müller, in patron enfant du sérail

A 62 ans, cet enfant du sérail aux cheveux blancs et au regard bleu azur jouit d’une longue carrière au sein de l’entreprise. Connu pour son style détendu et son allure décontractée, se rendant souvent aux salons automobiles vêtu d’un pull-over, il ne manque pas pour autant d’ambition.
Né à Chemnitz, en 1953 (Saxe), Matthias Müller est entré chez Audi comme apprenti outilleur avant d’entamer des études d’informatiques à l’université des sciences appliquées de Munich (FH Munich) Une fois diplômé, il revient chez le constructeur d’Ingolstadt en 1977 avant d’intégrer le service informatique embarqué de la marque de 1984 et 1992.

Un grand succès chez Porsche

Il a bâti sa réputation en tant que directeur du produit de l’Audi A3, un modèle lancé en 1993 avec un grand succès. Après ce coup d’éclat, il monte progressivement les échelons du groupe et devient directeur de la stratégie produits chez Volkswagen jusqu’en 2010, date à laquelle il est nommé à la tête de la marque de luxe Porsche.

Sous sa houlette, les ventes de Porsche ont décollé et pourraient atteindre, avec trois ans d’avance sur le calendrier des objectifs, la barre des 200.000 unités, souligne Reuters.

Autre atout de taille : Matthias Müller, jouissait du soutien de membres des familles héritières de l’empire Volkswagen et est très apprécié en interne. Sans surprise, Matthias Müller n’a donc pas eu de difficultés à d’obtenir une majorité parmi les 20 membres du conseil de surveillance réuni ce vendredi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.