Michael Toporek et Matthew Lipman démissionnent de leurs mandats d’Administrateurs de la société Brookstone Partners Morocco

0

La-Femme ( Michael Toporek et Matthew Lipman ) –  En raison de la rupture du rapport de confiance entre actionnaires de la société Brookstone Partners Morocco (la «Société») et d’un contentieux pénal en cours à l’encontre de son Président Directeur Général, Monsieur Omar Belmamoun, deux Administrateurs de la Société ont décidé de démissionner. Monsieur Michael Toporek et Monsieur Matthew Lipman démissionnent aujourd’hui avec effet immédiat de leurs mandats de membres du Conseil d’Administration de la Société. Par conséquent, Matthew Lipman démissionne également de son poste de Directeur Général Délégué.

Ces démissions sont notamment justifiées par les conclusions alarmantes d’un rapport d’expertise ayant mis en exergue des actes d’abus de bien sociaux, de détournement, d’utilisation frauduleuse des fonds de la Société contraires à son intérêt et à son objet social et au seul bénéfice de M. Belmamoun et de ses proches.

Outre les agissements délictueux sus visés, M. Belmamoun a systématiquement refusé de communiquer à M. Toporek et M. Lipman l’accès à l’information économique, comptable et financière de la Société de sorte qu’ils ont été contraints de saisir le juge des référés, qui a fait droit à leur demande en condamnant M. Belmamoun à communiquer ces informations, sous astreinte de 1.000 dirhams par jour de retard. Cette condamnation a été confirmée en appel.

L’exercice de la fonction d’Administrateur de manière éclairée, indépendante et diligente, conformément à la loi marocaine réglementant les sociétés anonymes (loi 17-95 telle que modifiée par la loi 20-05) est le garant d’un fonctionnement sain des sociétés. Cette exigence est notamment renforcée lorsqu’il s’agit de sociétés soumises à une réglementation renforcée ou prenant des engagements avec l’administration marocaine. C’est notamment le cas de la société Brookstone Partners Morocco qui est une société de gestion agréée par le Ministère des Finances soumise à la supervision de l’Autorité Marocaine du Marché des Capitaux et qui a été la première société à disposer du statut Casablanca Finance City.

Enfin, en raison de ces démissions, le nombre minimum d’Administrateurs exigé par la loi et par les statuts de la Société n’est plus atteint, entrainant, de facto, l’invalidité du Conseil d’Administration qui doit être reconstitué. Le Président Directeur Général de la Société est ainsi tenu de convoquer une Assemblée Générale dans un délai de trente jours à compter d’aujourd’hui en vue de la reconstitution du Conseil d’Administration et la nomination d’un nouveau Président Directeur Général.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.