La Douane tunisienne renforce ses capacités en matière de lutte contre la contrebande de tabac en s’appuyant sur la technique du ciblage et de la sélectivité

0

La-Femme (lutte contre la contrebande de tabac) – Un atelier de travail organisé par la Direction Générale des Douanes en coopération avec la Société Générale de Surveillance (SGS) et Philip Morris International a été lancé ce matin à Tunis.

Cet atelier, destiné aux cadres de la douane, vise à renforcer leurs capacités en matière de lutte contre la contrebande des tabacs et leur contrefaçon.

Lors de l’inauguration de cet atelier qui dure deux jours, M. Youssef Zouaghi, Directeur général de la Douane, a affirmé que la Tunisie a mis en œuvre tous les moyens nécessaires pour faire face aux menaces que représentent la contrebande en général et la contrebande de cigarettes en particulier ainsi que le commerce illicite et ses liens avec le financement des réseaux terroristes, en précisant que ce phénomène constitue un obstacle majeur à la stabilité sociale, économique et sécuritaire.

Dans ce contexte, M. Youssef Zouaghi a mis en exergue la nécessité de lutter contre toutes les formes de contrebande et de trouver des solutions appropriées pour faire face aux différents phénomènes de contrebande et de contrefaçon, ce qui, “nécessite de renforcer les compétences du personnel de la douane en leur permettant de disposer des outils et des moyens nécessaires” et de promouvoir les partenariats et la coopération aux niveaux national et international.

Zouaghi a par ailleurs mentionné que malgré les ressources disponibles, il est confiant par rapport aux résultats enregistrés dans le domaine de la lutte contre la fraude et la contrebande.

Pour sa part, le colonel major Tahar Lafi, contrôleur général des douanes, a affirmé que l’expérience de la Tunisie en matière de lutte contre la fraude et la contrebande avait été couronnée de succès, avec des résultats très positifs, et que le personnel de la douane était très efficace et professionnel, mais qu’il avait besoin d’outils et de moyens supplémentaires pour rendre ses opérations plus efficaces.

Lors d’un point de presse organisé en marge de l’atelier, le colonel major Adel Jedidi, chargé de la communication à la Direction Générale des Douanes, a présenté le produit des travaux de la douane en matière de saisies pour les huit premiers mois de 2019. Il a précisé que la valeur des saisies de cigarettes et de tabac opérées par les services de la garde douanière a dépassé 18 millions de dinars auxquels s’ajoutent 10 millions de dinars au titre des saisies de tabacs opérés par d’autres services  comme la direction des enquêtes douanières et le bureaux frontaliers et régionaux des douanes.

Le colonel major Adel Jedidi a également indiqué que les gouvernorats de Médenine et de Tataouine ont le pourcentage le plus élevé de saisie de cigarettes (70% des saisies), suivis par les régions du Grand Tunis, de Bizerte, de Nabeul, de Gabès et de Sidi Bouzid.

Par ailleurs, Adel Jedidi a passé en revue les effets de la contrebande sur les recettes de l’Etat, sur la taxe sur la valeur ajoutée et sur les dépenses de santé publique résultant de la consommation de cigarettes non conformes aux normes internationales, confirmant que ce phénomène minerait les efforts de l’État pour maintenir la santé publique.

Au cours de ce même point de presse, le colonel major Haythem Zanned, porte-parole de la direction générale des douanes, a évoqué les principaux axes du plan stratégique de la douane pour la lutte contre la contrebande, à savoir l’amélioration du déploiement sur le terrain des officiers de la douane (3000 patrouilles qui sillonnent le sol tunisien chaque mois, en plus des unités spécialisées aux postes frontières), le recours au travail de renseignement, le renforcement des capacités  de la direction des recherches de la douane et le travail de renseignement et d’enquête des sociétés internationales de contrebande (surtout la contrebande de devises), sans compter les moyens techniques équipés de technologies avancées ainsi que le renforcement de la coopération avec les acteurs nationaux et internationaux.

S’agissant de la lutte contre la contrefaçon, il a affirmé que ce domaine dispose d’un cadre juridique visant à protéger les entreprises et les marques et à suspendre les procédures aux frontières (en cas de déclaration de marques contrefaites).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.