L’Alliance Solaire Internationale : un forum pour lutter ensemble contre le changement climatique

0

La-Femme (L’Alliance Solaire Internationale) – L’Alliance Solaire Internationale (International Solar Alliance, ISA, en anglais), dont le siège est à New Delhi, est une alliance de 121 pays qui se trouvent totalement ou partiellement entre le tropique du Cancer et le tropique du Capricorne. La plupart d’entre eux sont des pays en développement qui représentent plus de 40% de la population mondiale et qui reçoivent plus de 300 jours de soleil par an. L’ISA a été inaugurée conjointement par le Premier ministre indien et le président français, lors de la Conférence des Parties (Conference of PartiesCOP, en anglais), en 2015 ;  elle œuvre à renforcer l’exploitation de  l’énergie solaire et à réduire la dépendance vis-à-vis  énergies fossiles. L’alliance s’est donnée comme objectif de lever un milliard de dollars, pour développer une capacité d’énergie solaire équivalente à 1 Térawatt (TW) d’ici 2030, dans le cadre de la contributionà la mise en œuvre de l’Accord de Paris sur le climat.

La conférence inaugurale de l’ISA s’est tenue en mars 2018 à New Delhi, et deux assemblées générales ont ensuite été tenues, en octobre 2018 et octobre 2019. La première assemblée générale a décidé d’étendrela possibilité d’adhérer à l’ISA à tous les États membres de l’ONU et l’accord-cadre modifié entrera en vigueur dès sa ratification par les deux tiers (30) des pays qui y ont souscrit. À ce jour, 21 pays ont accepté / ratifié l’Accord-cadre modifié. La Tunisie ne se situant pas entre les tropiques, nous espérons que l’entrée en vigueur du cadre modifié, lui permettra de rejoindre l’ISA.

Pourquoi l’ISA .. Une question qui se poseà l’Inde et à la Tunisie :   le Premier ministre Modi a décrit l’ISA comme l’OPEP du futur car elle a le potentiel de libérer le monde de sa dépendance vis-à-vis des énergies fossiles. L’Inde est aujourd’hui le troisième producteur et consommateur mondial d’électricité et 35 % de sa capacité de production opérationnelle de,qui est de 369 GW, provient d’installation exploitant des ressources renouvelables . Cependant, sa consommation d’électricité par habitant est d’environ 1 / 4e de celle de la Chine et 1 / 13e de celle des États-Unis. La demande augmentera certainement et pour répondre aux besoins croissants, l’Inde devra doubler sa production d’électricité d’ici 2030.Compte tenu de nos engagements vis-à-vis de l’accord de Paris sur le climat, plus de la moitié de la production supplémentaire devra provenir d’énergies renouvelables. Cela se traduit par l’ajout de 25 GW de capacité renouvelable par an, jusqu’en 2030. L’Inde a annoncé en 2015 un objectif de production de 175 GW d’énergie renouvelable d’ici 2022 et, jusqu’à décembre 2019,des installations d’une capacité de plus de 150 GW ont été mises place ou bien sont en passe de l’être. L’inde vise donc désormais à assurer la production de 225 GW à partir d’énergies renouvelables d’ici 2022 et prévoit de générer 450 GW d’ici 2030.Le gouvernement indien continue de respecter ses engagements et dans le budget présenté le 1er février 2020, 3,1 milliards de dollars ont été alloués à l’électricité et aux énergies renouvelables pour l’exercice 2020-2021. La Tunisie a une capacité actuelle de production d’électricité de 5 547 mégawatts (MW), dont environ 97% proviennent de combustibles fossiles, principalement du gaz naturel. Le pays s’est engagé à réduire son empreinte carbone de 41% d’ici 2030, par rapport au niveau de 2010. En mai 2018, le Ministère de l’Énergie et des Mines a publié un appel à propositionsadressé au secteur privé, en vue deconstruire des centrales électriques appelées à générer 1000 MW d’électricité renouvelable. Le gouvernement a lancé également des appels d’offres pour environ 3,8 gigawatts d’énergie renouvelable d’ici 2030, soit environ 350 MW par an, pour les 10 prochaines années.  L’adhésion à l’ISA aiderait grandement la Tunisie à atteindre ces objectifs.

Contribution à l’ONU

En septembre 2019, L’Inde a offert 193 panneaux solaires – un pour chacun des 193 États membres – d’une valeur d’environ 1 million de dollars, qui ont été installés sur le toit du siège de l’organisation à New York. La production annuelle des panneaux équivaut permet une réduction d’émissions de CO2 équivalente à celle de 30 246 kg de charbon. En octobre 2019, en signe de reconnaissance de ces efforts, le Secrétaire général de l’ONU a remis au Premier ministre Modi sa plus haute distinction environnementale : ‘Champions of The Earth Award‘ (Le Prix des Défenseurs de la Terre), conjointement avec le président Emmanuel Macron. Dans la mention accompagnant le prix, on peut lire notamment le suivant : Emmanuel Macron, Président de la France et Narendra Modi, Premier Ministre de l’Inde, se sont distingués dans la catégorie, Leadership politique, pour leur œuvre pionnièrepour  la promotion de l’Alliance Solaire Internationale et l’inauguration de nouveaux domaines de coopération en matière d’action environnementale, y compris les efforts de Macron dans le cadre du Pacte Mondial de  l’Environnement et l’engagement sans précédent de Modi d’éliminer tous les plastiques à usage unique en Ind,  d’ici 2022 ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.