Covid-19 : Le vaccin Moderna livré en priorité dans les régions les plus touchées et peut-être en pharmacie

0

La-Femme (vaccin Moderna) – 50 000 premières doses du vaccin anti-Covid-19 de Moderna sont livrées à partir du lundi 11 janvier en France. Elles seront expédiées vers les zones les plus touchées actuellement par la pandémie en France. Autre nouveauté : le ministère envisage de les distribuer aussi via les pharmacies.

Le second vaccin anti-Covid-19 approuvé dans l’Union européenne et autorisé en France débarque lundi 11 janvier. 50 000 premières doses du vaccin de Moderna doivent être réceptionnées ce jour, conformément aux annonces de la semaine précédente d’Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé. Sauf que, pour la première fois dans le cadre de cette stratégie vaccinale inédite, les doses seront distribuées de manière prioritaire, aux régions les plus touchées par la pandémie.

Quatre régions et 12 zones prioritaires

Selon un communiqué du ministère publié le soir du 10 janvier, ces 5 160 flacons de 10 doses chacun seront livrés en priorité aux régions Grand-Est, Bourgogne-Franche-Comté, Auvergne-Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur. De manière plus précise, le ministère indique que seuls seront approvisionnés cette semaine les établissements de Mulhouse, Colmar, Strasbourg, Reims, Nancy, Metz, Lons-le-Saunier, Besançon, Dijon, Moulins, Nice et Toulon.

Les doses seront aussi accessibles aux centres de vaccination adossés à ces établissements, pour les besoins en ville. Donc, selon les indications du gouvernement, pour pouvoir vacciner les professionnels de santé, les pompiers et les aides à domiciles de plus de 50 ans, avant l’ouverture aux personnes de plus de 75 ans vivant chez elles à partir du 18 janvier. Cette décision de priorisation proviendrait directement d’Olivier Véran qui a “souhaité que ces doses soient allouées aux régions les plus touchées par la pandémie“.

La priorisation, un nouveau tournant

Aucune priorisation régionale n’avait été officiellement annoncée pour la distribution du vaccin de Pfizer/BioNTech, ce qui marque là encore un nouveau tournant inattendu dans la stratégie vaccinale déployée par le gouvernement. Au total, alors que les livraisons du vaccin Moderna doivent monter en puissance les prochaines semaines, un total de huit millions de doses sont espérées en France avant l’été pour ce second vaccin anti-Covid.

Autre tournant majeur, et toujours inattendu à ce stade, de la stratégie vaccinale : une possible distribution en pharmacie ! Le communiqué du ministère évoque pour ce vaccin de Moderna une “vocation dans les prochaines semaines à basculer vers le circuit officinal“. L’objectif est double : “ne pas surcharger la gestion des pharmacies hospitalières des établissements pivots et “préparer l’arrivée sur l’ensemble du territoire des autres candidats vaccins qui seront intégrés à ce même circuit“.

Nouveau circuit logistique

Sans plus de précision, le ministère indique simplement que des travaux ont été engagés sur ce thème de la distribution en pharmacie avec les médecins, les pharmaciens et les grossistes-répartiteurs, c’est-à-dire les spécialistes logistiques des approvisionnements de produits de santé en pharmacie. Les grossistes-répartiteurs disposent d’environ 185 établissements de répartition pharmaceutique en France métropolitaine et livrent deux fois par jour les 21 000 pharmacies implantées sur le territoire.

Le circuit actuel de distribution des doses vaccinales anti-Covid, qui maille une centaine d’établissements de santé sur tout le territoire est géré à partir de six grandes plateformes logistiques gérées par les dépositaires pharmaceutiques, spécialistes de la distribution de médicaments et produits de santé à l’hôpital mais aussi en pharmacie.

Avantage des conditions de conservation du vaccin Moderna

Cette bascule vers le circuit officinal serait possible en raison des conditions de conservation du vaccin Moderna. Selon les données de la Haute autorité de santé (HAS), celui-ci se conserve sept mois entre -25 et -15°C, contre six mois pour le vaccin Pfizer-BioNTech entre -90 et -60°C.

Surtout, une fois décongelé, le vaccin Moderna peut tenir 30 jours entre 2 et 8 degrés, qui est une température standard pour la conservation des vaccins, c’est-à-dire celle d’un réfrigérateur, alors que le vaccin Pfizer/BioNTech est limité à cinq jours. Enfin, le vaccin Moderna peut rester stable pendant 12 heures entre 8 et 25°C, là où son concurrent ne tient que deux heures à température ambiante et jusqu’à 30°C.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.