Tunisie-Tribune (pêche en Méditerranée) – La pêche en Méditerranée génère chaque année un revenu total estimé à 8,8 milliards d’USD. Toutefois, les législations portant sur le secteur varient considérablement entre les 21 pays de la région, qui parlent plus de 20 langues différentes. La Tunisie œuvre avec la Commission générale des pêches pour la Méditerranée (CGPM) de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) afin de créer une base de données harmonisée des législations en matière de pêche et d’aquaculture en Méditerranée. Le projet GFCM-Lex vise à harmoniser les législations nationales au niveau régional afin de permettre aux pêcheurs, aux décideurs politiques, aux chercheurs et au grand public d’y accéder plus facilement. La base de données fournit des informations fiables sur les législations nationales ainsi que sur les recommandations contraignantes correspondantes adoptées par la CGPM. Elle est facilement accessible et compréhensible pour toutes les parties prenantes intéressées. En présentant les législations nationales au sein d’un cadre harmonisé, cette base de données, la première de ce type dans la région, permet de procéder à des analyses comparatives des instruments juridiques nationaux et facilite le partage des bonnes pratiques entre les pays. La Tunisie est l’un des trois pays où ce projet pilote a été lancé en vue de couvrir trois sous-régions de la CGPM: la mer Adriatique, la Méditerranée centrale et la Méditerranée orientale. La prochaine phase du projet visera à assurer la participation d’autres pays afin d’atteindre une couverture complète de la région d’ici 2022. GFCM-Lex fournit des informations générales sur les secteurs de la pêche et de l’aquaculture pour chaque pays visé par le projet, ainsi que des informations relatives aux décisions correspondantes adoptées par la CGPM dans chaque domaine. La base de données permet ainsi d’établir un lien entre les législations nationales et les décisions de la Commission. Les informations sont disponibles en anglais, en français et dans la langue nationale de chaque pays concerné. L’impact de GFCM-Lex sur les législations nationales des pays participants est déjà visible. En Albanie, les administrateurs se sont par exemple servi de la base de données afin d’identifier les lacunes existant dans leur législation et de mettre à jour leur cadre juridique, conformément aux recommandations de la CGPM. Ces actions contribuent notamment à la protection des espèces vulnérables et au soutien de la pêche artisanale et abordent des problèmes tels que les prises accessoires et la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INDNR). Avec le lancement de cette base de données électronique, la CGPM vise à renforcer les connaissances et les pratiques de pêche durables, ainsi qu’à encourager la collaboration et l’adoption de bonnes pratiques dans l’ensemble de la Méditerranée. Je reste à votre disposition pour de plus amples informations. Vous avez reçu ce courriel parce que nous vous avons identifié comme un journaliste intéressé par la pêche et l’aquaculture en Méditerranée et en mer Noire, mais si vous ne souhaitez pas recevoir des informations  de la CGPM, n’hésitez pas à me le faire savoir !  

0

La-Femme (pêche en Méditerranée) – La pêche en Méditerranée génère chaque année un revenu total estimé à 8,8 milliards d’USD. Toutefois, les législations portant sur le secteur varient considérablement entre les 21 pays de la région, qui parlent plus de 20 langues différentes.

La Tunisie œuvre avec la Commission générale des pêches pour la Méditerranée (CGPM) de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) afin de créer une base de données harmonisée des législations en matière de pêche et d’aquaculture en Méditerranée.

Le projet GFCM-Lex vise à harmoniser les législations nationales au niveau régional afin de permettre aux pêcheurs, aux décideurs politiques, aux chercheurs et au grand public d’y accéder plus facilement. La base de données fournit des informations fiables sur les législations nationales ainsi que sur les recommandations contraignantes correspondantes adoptées par la CGPM. Elle est facilement accessible et compréhensible pour toutes les parties prenantes intéressées.

Inspectors measuring net size

En présentant les législations nationales au sein d’un cadre harmonisé, cette base de données, la première de ce type dans la région, permet de procéder à des analyses comparatives des instruments juridiques nationaux et facilite le partage des bonnes pratiques entre les pays.

La Tunisie est l’un des trois pays où ce projet pilote a été lancé en vue de couvrir trois sous-régions de la CGPM: la mer Adriatique, la Méditerranée centrale et la Méditerranée orientale. La prochaine phase du projet visera à assurer la participation d’autres pays afin d’atteindre une couverture complète de la région d’ici 2022.

GFCM-Lex fournit des informations générales sur les secteurs de la pêche et de l’aquaculture pour chaque pays visé par le projet, ainsi que des informations relatives aux décisions correspondantes adoptées par la CGPM dans chaque domaine. La base de données permet ainsi d’établir un lien entre les législations nationales et les décisions de la Commission. Les informations sont disponibles en anglais, en français et dans la langue nationale de chaque pays concerné.

L’impact de GFCM-Lex sur les législations nationales des pays participants est déjà visible. En Albanie, les administrateurs se sont par exemple servi de la base de données afin d’identifier les lacunes existant dans leur législation et de mettre à jour leur cadre juridique, conformément aux recommandations de la CGPM. Ces actions contribuent notamment à la protection des espèces vulnérables et au soutien de la pêche artisanale et abordent des problèmes tels que les prises accessoires et la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INDNR).

Avec le lancement de cette base de données électronique, la CGPM vise à renforcer les connaissances et les pratiques de pêche durables, ainsi qu’à encourager la collaboration et l’adoption de bonnes pratiques dans l’ensemble de la Méditerranée.

Je reste à votre disposition pour de plus amples informations.

Vous avez reçu ce courriel parce que nous vous avons identifié comme un journaliste intéressé par la pêche et l’aquaculture en Méditerranée et en mer Noire, mais si vous ne souhaitez pas recevoir des informations  de la CGPM, n’hésitez pas à me le faire savoir !

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.