La Tunisienne Amina Arfaoui premier prix du concours international de la poésie sur les traces de Léopold Sédar Senghor

0

La-Femme (Tunisienne Amina Arfaoui) – Le premier prix de la sixième édition du “Concours international de la poésie, sur les traces de Léopold Sédar Senghor” a été décerné à Rome dans la section “Environnement et migrations” à l’auteure et poétesse Tunisienne Amina Arfaoui pour son poème “Cruelle Méditerranée” qu’elle dédie, selon son expression, aux Boat-People du XXIème siècle.

Ce poème émouvant et souvent poignant, particulièrement riche en métaphores, a pour thème la tragédie vécue quotidiennement depuis des années par les « …migrants d’Afrique et d’Orient » pour aller en Occident, en passant par Lesbos et Lampedusa, « Éblouissants/ Et irrésistibles/ Miroirs aux alouettes ».

En décrivant les personnes et leur histoire à travers leurs noms, le nom de leurs pays, leurs messages, en évoquant des objets « Identifiés et non identifiés », la faune marine, les oiseaux migrateurs, et en apostrophant la Méditerranée, Amina Arfaoui dépeint la cruelle réalité concernant la migration clandestine dans cette mer, devenue un véritable cimetière pour des milliers de jeunes désespérés, victimes de leur « …quête d’une vie meilleure en Occident», affrontant la mort pour fuir leur pays et réaliser leurs rêves, et dont des centaines continuent à affluer actuellement vers les îles et les villes côtières tunisiennes ( comme récemment à Zarzis) dans le même but.

Les débuts d’écriture d’Amina Arfaoui datent de 1987, année où a été publiée chez Hatier la nouvelle « Le phonographe », qui a été traduite en anglais dans l’anthologie « WomenWritingAfrica » (New York, 2009) ; débuts tardifs car elle devait se consacrer à sa carrière universitaire, qu’elle a terminée en tant que professeur de l’Enseignement Supérieur. Elle a publié en 2015 sous son nom de plume Naima Amine un recueil de nouvelles intitulé « La Planète Bleue » (Tunis) et en 2016 un roman « Ma jeunesse a vécu » (Tunis). En 2019, elle a publié un essai sur la Tunisie intitulé « La transition démocratique en Tunisie du 14 janvier 2011 à juillet 2018 » (Tunis).

Les centres d’intérêt d’Amina Arfaoui sont la littérature,l’art, la culture, l’environnement et le patrimoine ; elle est aussi active dans la société civile. Elle est actuellement en train de rédiger d’autres œuvres, dont un recueil de poésie, deux romans, une pièce de théâtre et un recueil de nouvelles.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.