Sidaction : des injections au lieu du comprimé quotidien, une révolution pour certains patients

0

La-femme (Sidaction : des injections au lieu du comprimé quotidien) – depuis fin décembre 2021, les patients atteints du VIH qui le souhaitent peuvent, s’ils remplissent certaines conditions, remplacer leur comprimé quotidien par des injections intramusculaires à effectuer tous les deux mois. « Une révolution« , « une vraie charge en moins », témoignent auprès de France 24 certains qui ont déjà abandonné leur boîte de cachets.

Chaque jour, pendant un an, à 12h30 tapantes, le téléphone de Mathieu* sonnait, marquant l’heure de prendre son comprimé quotidien. Mais depuis le 11 février, son alarme ne retentit plus au moment du déjeuner. Ce franco-algérien de 45 ans, testé positif au VIH en juin 2020, fait partie des premiers patients à avoir remplacé son médicament quotidien par un nouveau traitement disponible en France : des injections intramusculaires à effectuer tous les deux mois. « C’est génial ! Aujourd’hui, c’est un vrai soulagement… ça n’a pas de prix », témoigne-t-il auprès de France 24.

Ce traitement est remboursé en France depuis décembre 2021, après deux ans d’essais cliniques. Concrètement, il s’agit de la combinaison de deux antirétroviraux, le cabotégravir et la rilpivirine. Comme tous les virus, le VIH mute et peut ainsi développer des résistances à certains médicaments. Pour contrer cela, les médecins le traitent avec des trithérapies ou des bithérapies, c’est-à-dire qu’ils mélangent des antirétroviraux de façon à mieux contrôler les réplications du virus.

Avec ce traitement injectable, la méthode ne change pas. Sauf qu’au lieu de prendre quotidiennement des comprimés, les patients peuvent se rendre tous les deux mois à l’hôpital et recevoir une double injection. « Les essais cliniques ont montré que les deux traitements sont tout aussi efficaces, c’est uniquement la forme qui change », insiste auprès de France 24, Bruno Spire, directeur de recherche à l’Inserm [institut national de la santé et de la recherche médicale] et président d’honneur de l’association Aides.

« Plus il y a de traitements, mieux c’est », salue-t-il. « Il  ne conviendra pas à tous les patients, mais cela peut simplifier la vie pour d’autres. Et c’est tout l’intérêt : permettre à chacun de trouver quelque chose qui lui convient. »

Cacher sa séropositivité 

Mathieu, lui, a sauté sur l’occasion dès que cela a été possible. « J’ai entendu parler du traitement par injection dès juin 2021. J’ai tout de suite été partant« , témoigne-t-il. « Malheureusement, la mise en place a été ralentie par la pandémie de Covid-19 et je n’ai pu commencer que le 11 février. »

Sa principale motivation pour en finir avec les comprimés : pouvoir rester plus facilement discret sur sa séropositivité. Dans son entourage, seule sa sœur et ses plus proches amis sont au courant de sa situation. « Les premiers mois, j’avais beaucoup de mal à en parler, j’avais honte. Et j’ai toujours peur de faire face à la sérophobie et au manque de connaissances sur le sida », explique-t-il.

Il se souvient ainsi, par exemple, de la gêne qu’il ressentait quand il devait prendre son médicament au milieu d’un déjeuner avec des collègues ou des amis. « Il fallait toujours que j’invente une histoire. Je racontais que je prenais des vitamines, parce que j’étais fatigué… », raconte-t-il. « Tout ça c’est terminé ! »

« Le sida reste quelque chose de stigmatisant. Pour certaines populations, notamment en situation de grande précarité ou migrante, le VIH est même quelque chose de très tabou », abonde par ailleurs à France 24 Victor Galarraga, militant de l’association Aides, qui travaille à l’accès aux soins pour tous. « Pour elles, le traitement par injection pourrait être une vraie révolution. Je connais certaines personnes qui doivent encore cacher leurs boîtes de médicaments… »

Une vingtaine de comprimés il y a vingt ans

Lionel, lui aussi, a décidé d’abandonner les cachets en faveur des injections. Âgé de 53 ans, il n’avait que 23 ans quand il a appris qu’il était séropositif. En trente ans, il a assisté à de nombreuses avancées thérapeutiques dans la lutte contre le sida. « Les dix premières années, je ne me suis pas soigné. Il n’existait quasiment pas de traitements et les rares protocoles étaient très lourds« , se souvient-il, contacté par France 24. « Mais mon état a fini par se dégrader et je n’ai plus eu le choix. » Les premières trithérapies ont vu le jour en 1996.

« Au début, je devais prendre une vingtaine de comprimés tous les jours à heures fixes. Ils me donnaient des effets secondaires, comme des diarrhées, des maux de tête, de la fatigue. C’était très contraignant », raconte-t-il. « Maintenant on me propose de faire de simples injections tous les deux mois, évidemment que je suis partant ! »

« C’est vraiment révolutionnaire », insiste-t-il. « Sans compter qu’avec ça, on est tranquilles aussi pour voyager. Plus besoin de se balader avec ses médicaments, à risquer qu’on nous pose des questions désagréables… »

Tous les patients atteints du VIH ne sont cependant pas éligibles à ce nouveau traitement par injection. Il ne peut en effet n’être administré qu’à des personnes qui ont une charge virale stabilisée depuis au moins six mois. Il est aussi contre-indiqué chez des personnes qui ont déjà connu des résistances aux traitements ou des échecs thérapeutiques.

« Et certains préféreront s’en tenir aux comprimés », relève Bruno Spire de l’Inserm. Dans une étude effectuée par son association auprès de 581 personnes, majoritairement des hommes (80 %) nés en France, 48 % des répondants se disent très intéressés et 30 % assez intéressés. « Les comprimés ont un côté rassurant. En le prenant tous les jours, on a l’impression de contrôler notre maladie », explique Mathieu. « J’ai d’ailleurs mis plusieurs semaines avant d’enlever l’alarme sur mon téléphone », avoue-t-il en riant.

Difficulté d’accès aux populations précaires

« Le traitement injectable présente un autre obstacle majeur : pour le moment, il faut nécessairement se rendre à l’hôpital pour en bénéficier », déplore de son côté Victor Galarraga. « Pour les personnes éloignées du système de santé, c’est déjà compliqué d’aller à la pharmacie et d’être suivies par un médecin, alors se rendre à l’hôpital… », poursuit-il. « C’est très dommage, parce que c’est finalement les publics qui en auraient certainement le plus besoin. Pour nous c’est un gain en confort, pour eux, cela pourrait être bien plus. » 

Lui-même recevra ses premières injections d’ici une dizaine de jours. « Chaque jour, en prenant mon médicament, cela me ramène à ma maladie. Avec les injections, ce ne sera plus le cas », témoigne-t-il.

Face à cette avancée thérapeutique, Victor, Mathieu et Lionel caressent tous le même espoir : que cela ne soit qu’une étape supplémentaire avant la mise en place de traitements très longue durée, voire de l’arrivée d’un vaccin. « Peut-être que bientôt on ne pourra prendre un comprimé que tous les six mois, ou avoir une injection tous les ans », espère Mathieu.

« Aujourd’hui, on vit très bien avec le VIH, notre espérance de vie est longue et avec les injections, notre quotidien est encore allégé », insiste Mathieu. « Le véritable obstacle qui persiste, et ce sur quoi il faut vraiment que les choses évoluent : c’est l’image que la population a de la séropositivité. C’est la chose la plus difficile à vivre, le regard des autres. »

Bruno Spire à l’Inserm, quant à lui, rappelle que si les traitements progressent, il ne faut pas oublier l’importance du dépistage et de la protection, notamment via la Prep (prophylaxie pré-exposition), le traitement de prévention contre le VIH. En France, on estime à 180 000 le nombre de personnes actuellement infectées, dont près de 25 000 ne le savent pas.

*Le prénom a été modifié

Source :Cyrielle CABOT / france24

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here