Protection significative d’Evusheld contre les symptômes de COVID-19 pendant au moins six mois

0

La Femme (Evusheld) – Les résultats détaillés de l’essai de phase III PROVENT sur la prévention ont montré qu’Evusheld d’AstraZeneca (tixagevimab et cilgavimab, anciennement AZD7442) a réduit le risque de développer un COVID-19 symptomatique de 77 % dans l’analyse primaire et de 83 % dans l’analyse de suivi à six mois, par rapport au placebo.1 En effet, aucun cas de maladie grave ou de décès lié au COVID-19 n’a été constaté dans le groupe Evusheld au cours du suivi de six mois.1

Au départ, plus de 75 % des participants au programme PROVENT présentaient des comorbidités qui les exposaient à un risque élevé de COVID-19 grave en cas d’infection, notamment les personnes immunodéprimées et susceptibles de présenter une réponse immunitaire inadéquate à la vaccination.1

Des données pharmacocinétiques supplémentaires ont montré que les concentrations d’Evusheld sont restées élevées dans le sérum pendant six mois après l’administration, ce qui prouve qu’une dose unique peut fournir une protection à long terme contre le COVID-19 pendant au moins six mois.1

Les données ont été publiées par le New England Journal of Medicine.

Myron J. Levin, MD, professeur de pédiatrie et de médecine à l’école de médecine de l’Université du Colorado (États-Unis) et investigateur principal dans le cadre de l’essai PROVENT, a déclaré: “Bien que les vaccins COVID-19 aient été très efficaces pour réduire les hospitalisations et les décès, les cas continuent d’augmenter et de nombreuses personnes restent à haut risque, notamment les personnes immunodéprimées et celles qui ne peuvent pas être vaccinées. Ces données importantes, maintenant publiées par le New England Journal of Medicine, permettent de croire qu’une dose intramusculaire d’Evusheld, facilement administrée, pourrait fournir aux populations vulnérables une protection durable. En outre, il a été démontré qu’Evusheld neutralise le BA.2, actuellement le variant circulant dominant du COVID-19.”

Pour sa part, Mene Pangalos, Vice-président exécutif, R&D BioPharmaceutique, AstraZeneca, a déclaré : « Ces données s’ajoutent à l’ensemble croissant de preuves soutenant l’utilisation d’Evusheld pour aider à prévenir le COVID-19 symptomatique et sévère, en particulier pour les personnes qui ne peuvent pas répondre de manière adéquate à la vaccination et qui ont besoin d’une protection supplémentaire. Evusheld est maintenant disponible dans de nombreux pays à travers le monde, et nous progressons dans le dépôt de demandes pour la prévention ainsi que pour le traitement léger à modéré.”

Dans l’analyse primaire d’efficacité, une dose intramusculaire (IM) unique de 300 mg d’Evusheld a réduit le risque de développer un COVID-19 symptomatique par rapport au placebo de 77 % (intervalle de confiance à 95 % [IC] 46, 90 ; p<0,001) lors d’un suivi médian de 83 jours. Le COVID-19 symptomatique est apparu chez 8/3441 (0,2%) et 17/1731 (1,0%) participants dans les groupes Evusheld et placebo, respectivement.1

Par rapport à l’analyse primaire, l’analyse de suivi prolongé a démontré une plus grande réduction de l’incidence de COVID-19 dans le groupe Evusheld, avec une réduction du risque relatif de 83% (95% CI 66, 91) avec Evusheld par rapport au placebo à un suivi médian de 196 jours. Le COVID-19 symptomatique est survenu chez 11/3441 (0,3%) et 31/1731 (1,8%) participants dans les groupes Evusheld et placebo, respectivement. L’efficacité était généralement cohérente dans les sous-groupes de participants, lorsque des données évaluables étaient disponibles.1

Les analyses de suivi à six mois n’ont révélé aucun cas de maladie grave/critique, de décès ou d’hospitalisation liés au COVID-19 dans le groupe Evusheld ; le groupe placebo a enregistré cinq cas de maladie grave/critique, sept hospitalisations et deux décès liés à la COVID-19.1

Evusheld a été généralement bien toléré dans PROVENT, et aucun problème de sécurité n’a été identifié lors de l’analyse primaire ou à six mois. Les événements indésirables se sont accumulés à des taux similaires dans les groupes Evusheld et placebo. L’événement indésirable le plus fréquent était la réaction au point d’injection, survenant chez 2,4 % des participants du groupe Evusheld et 2,1 % des participants du groupe placebo.1

Le risque d’une réponse inadéquate à la vaccination contre le COVID-19 est considéré comme élevé pour environ 2 % de la population mondiale, qui pourrait bénéficier d’une prévention avec Evusheld.2,3 Cette population comprend les personnes immunodéprimées, telles que les personnes atteintes d’un cancer ou ayant subi une transplantation ou toute personne prenant des médicaments immunosuppresseurs. Les personnes présentant un risque accru d’exposition au virus du SRAS-CoV-2 pourraient également bénéficier d’une protection par Evusheld.4–8

AstraZeneca a précédemment annoncé des résultats positifs de haut niveau de l’essai de phase III TACKLE pour le traitement du COVID-19 léger à modéré. Les résultats complets seront présentés au prochain Congrès européen de microbiologie clinique et des maladies infectieuses (ECCMID) et feront l’objet d’une publication dans une revue médicale à comité de lecture.

PROVENT 

PROVENT est un essai de phase III multicentrique à répartition aléatoire, à double insu et contrôlé par placebo évaluant l’innocuité et l’efficacité d’une dose unique de 300 mg d’AZD7442 administrée par voie i.m. comparativement à un placebo pour la prévention de la COVID-19 chez des participants qui n’étaient pas infectés par le SRAS-CoV-2 au départ. L’essai a été réalisé dans 87 sites aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Espagne, en France et en Belgique. 5 197 participants ont été répartis aléatoirement dans un rapport de 2:1 pour recevoir une dose unique de 300 mg d’AZD7442 (n = 3 460) ou de placebo sous forme de solution saline (n = 1 737), administrée en deux injections i.m. distinctes et séquentielles. Il s’agit du premier essai de phase III conçu de manière prospective pour évaluer un anticorps monoclonal pour la prévention du COVID-19 symptomatique, avec une inclusion ciblée des participants présentant un risque accru de réponse inadéquate à la vaccination ou un risque élevé de maladie grave du COVID-19.

L’analyse primaire rapportée le 20 août 2021 était basée sur 5 172 participants, avec une date limite de données fixée au 5 mai 2021. Le critère principal d’efficacité était le premier cas de maladie symptomatique positive à la RT-PCR du SRAS-CoV-2 survenant après la dose avant le jour 183. L’évaluation à six mois a été réalisée en utilisant une date limite de données fixée au 29 août 2021. Les sujets seront suivis pendant 15 mois au total. Les participants qui ont choisi de se faire vacciner à n’importe quel moment de l’essai PROVENT ont été inclus dans les analyses portant sur l’efficacité jusqu’au jour de la vaccination.

Les participants étaient des adultes de 18 ans et plus qui bénéficieraient d’une prévention par Evusheld, définis comme présentant un risque accru de réponse inadéquate à l’immunisation active (mauvais répondeurs prédits aux vaccins ou intolérants à la vaccination) ou présentant un risque accru d’infection par le SRAS-CoV-2, y compris ceux dont le lieu ou les circonstances les exposent à un risque appréciable d’exposition au virus du SRAS-CoV-2. Les participants au moment du dépistage n’étaient pas vaccinés et présentaient un test de sérologie SRAS-CoV-2 négatif au point de service.

Plus de 75 % des participants à PROVENT présentaient des comorbidités de base et d’autres caractéristiques associées à un risque accru de COVID-19 grave en cas d’infection, notamment les personnes souffrant d’une maladie immunosuppressive ou prenant des médicaments immunosuppresseurs, le diabète, une obésité grave ou une maladie cardiaque, une maladie pulmonaire obstructive chronique, une maladie rénale chronique et une maladie hépatique chronique.  Environ 43 % des participants étaient âgés de 60 ans et plus.

Evusheld

Evusheld, anciennement connu sous le nom d’AZD7442, est une combinaison de deux anticorps à action prolongée- tixagevimab (AZD8895) et cilgavimab (AZD1061) – dérivés de cellules B données par des patients convalescents après avoir été infectés par le virus du SRAS-CoV-2. Découverts par le Vanderbilt University Medical Center et cédés sous licence à AstraZeneca en juin 2020, les anticorps monoclonaux humains se lient à des sites distincts sur la protéine de pointe9 du SRAS-CoV-2 et ont été optimisés par AstraZeneca avec une extension de la demi-vie et une réduction de la liaison au récepteur Fc et au complément C1q.10 L’allongement de la demi-vie fait plus que tripler la durabilité de son action par rapport aux anticorps classiques;11–13 les données de l’essai de phase III PROVENT montrent une protection qui dure au moins six mois.1 La liaison réduite aux récepteurs Fc vise à minimiser le risque de renforcement de la maladie par les anticorps – un phénomène dans lequel les anticorps spécifiques du virus favorisent, plutôt qu’ils ne freinent, l’infection et/ou la maladie.14

Il existe un nombre croissant de preuves provenant de multiples études indépendantes in vitro et in vivo (modèle animal) soutenant le potentiel d’Evusheld à protéger contre les sous-variants BA.1, BA.1.1 et BA.2 Omicron du SRAS-CoV-2.15–17 Des données de la Washington University School of Medicine ont démontré qu’Evusheld conservait une activité neutralisante contre le sous-variant BA.2 hautement transmissible, qui est actuellement la souche dominante au niveau mondial.17,18 Cette étude a également montré qu’Evusheld réduisait la charge virale et limitait l’inflammation dans les poumons (in vivo) pour tous les variants d’Omicron.17

Evusheld est développé avec le soutien du gouvernement américain, y compris des fonds fédéraux provenant du ministère de la Santé et des Services sociaux, du Bureau du secrétaire adjoint pour la préparation et la réponse, de la Biomedical Advanced Research and Development Authority en partenariat avec le ministère de la Défense, du Joint Program Executive Office for Chemical, Biological, Radiological and Nuclear Defense, dans le cadre du contrat n° W911QY-21-9-0001.

Selon les termes de l’accord de licence avec Vanderbilt, AstraZeneca versera des redevances à un chiffre sur les ventes nettes futures.

AstraZeneca

AstraZeneca (LSE/STO/Nasdaq: AZN est une entreprise biopharmaceutique internationale guidée par la science et axée sur la recherche, le développement et la commercialisation de médicaments prescrits dans les domaines de l’oncologie, des maladies rares et de la biopharmacie, notamment les maladies cardiovasculaires, rénales et métaboliques, et respiratoires et immunologiques. Basée à Cambridge, au Royaume-Uni, AstraZeneca est présente dans plus de 100 pays et ses médicaments innovants sont utilisés par des millions de patients dans le monde. Veuillez consulter le site astrazeneca.com et suivre la société sur Twitter @AstraZeneca.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here