Ouverture de la 56e édition du F.I.C : Un vent de Nouba souffle sur Carthage

0

La Femme (56e édition du F.I.C) – Il faut croire que l’absence de spectacles pendant la période de Covid a motivé le public à se défouler sans garde ni mesure. A l’ouverture de la 56e édition du Festival International de Carthage, Abdelhamid Bouchnak a offert  au public assoiffé, à peine sorti de la déprime un antidépresseur en forme de comédie musicale. L’effet cathartique ne s’est pas fait attendre, le public a immédiatement explosé, il faut dire qu’il attendait impatiemment cette adaptation de Nouba, le long feuilleton à succès (50 épisodes) rebaptisé à Carthage « OchegEddeniya ». Le résultat est à la hauteur de l’attente une addition de scènes  au premier desquelles on note une surprise de taille : la présence de notre championne de tennis OnsJabeur avec ses parents, son mari et son coach. La vedette incontestée, inattendue est montée sur scène, pilotée par Dr. HayetGuettatGuermassi, ministre des Affaires culturelles et M.KamelDeguich,  ministre de la Jeunesse et des sports. Dès son apparition sur scène, des appels de bienvenues sont montés de toutes parts des cris de joie, des lumières des téléphones portables, des aveux d’admiration, des chants  ont fait vibrer les travées du théâtre romain. Ajoutez l’hymne national entonné par des milliers de spectateurs et les frissons de joie montent pour rencontrer la lune (pleine d’un jour).

Lumières, la scène est à 3 étages, au ras du sol ça chauffe, mezoued et bendirs, donnent le la, à l’étage en champs profond dansent et gesticulent des jeunes et autres comparses.  Les personnages de la comédie vus revus sur le petit écran,  reconnus sont sur la scène, ils échangent les réparties épicées des milieux populaires, des voix s’élèvent, ça chante, ça danse, le public réagit au quart de tour, il connaît les détails et les subtilités des scènes, les acteurs en rajoutent une touche, invitant les spectateurs qui ne se font pas prier à s’exprimer haut et fort, à répéter les strophes des chansons d’OchegEddiniya (amoureux de la vie). Le public est gâté, il a ce qu’il guettait depuis l’annonce du programme,  les acteurs lui servent le plat demandé, de la musique populaire à réveiller les morts, des dialogues emportés, des gestes vifs et enjoués et la bonne humeur pour tout le monde.

Les personnages s’échauffent, le ton monte, la musique suit, les personnages évoluent, le ton monte, ils sont en transe, silence de la gauche de la scène le ténor Lotfi Bouchnak, vêtu de noir, chéchia rouge entre en, salue, entame des gestes familiers, complice, il dodeline de la tête et impose sa voix  au milieu du brouhaha ; il chante deux morceaux inédit. Le public s’affole et réagit, forcément en dansant.

Plusieurs vedettes sont à l’affiche de ce spectacle phénoménal, Rim Riahi, Hamza Bouchnak, BahriRahali, Aziz Jebali, AmiraChebli, HelaAyadi, ChedliArfaoui, BilelBriki, MhaddebRmili, Hichem Sallem, TliliGafsi, SalhFarzit, Samir Loussif, Kafon et Abdelwahab Hannachi.

Trois heures sans interruption, des tableaux qui se succèdent, des voix de différents timbres,  inconnues et d’autres connues se mélangent ou partent en solo pour le bonheur  du  public qui applaudit  sans relâche Jusqu’à très tard.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.