De plus en plus célébrée par les Tunisiens, la fête d’Halloween est pour ce samedi ! Quelles sont ses origines ?

0

Tunisie – La fête d’Halloween est prévue, dans le monde entier, pour ce samedi 31 octobre 2015. La date du 31 octobre est une date fixe pour chaque année. Il n’est pas question pour nous, de faire la promotion de la fête, alors que pour une large catégorie de Tunisiens, tout est bon pour faire la fête, mais il est de bon ton d’expliquer ce phénomène en vogue, tout en notant que l’historique tel qu’il est relaté par cet article est inspiré des archives publiques du journal « Libération ».

Origine d’Halloween

Le terme Halloween est l’abréviation anglaise d”All Hallow’s Eve”, qui pourrait être traduite comme la veille de Tous les Saints ou la veille de la Toussaint1. Cette fête où l’on peut croiser des zombies, des vampires et autres déguisements effrayants, est en fait un héritage celtique d’une fête très ancienne, la fête de Samhain.

Aujourd’hui, Halloween est une fête nationale aux États-Unis et la seconde fête la plus rentable, après Noël. En France, elle est apparue à la fin des années 1990, mais n’a pas le même succès qu’outre Atlantique.

Célébration d’Halloween

Ce jour-là, les enfants arborent des déguisements terrifiants et sonnent à toutes les portes pour demander des friandises. Les mamans sont mises à contribution pour la préparation de nos Sorcières, Dracula et chauve-souris d’un soir. Une citrouille est évidée afin de représenter un visage. Une bougie est placée en son centre afin de compléter l’emblème de ce jour.

Trick or Treat (un mauvais tour ou un cadeau)

- de-plus-en-plus-fêtée-par-les-Tunisiens-la-fête-d’Halloween-est-pour-ce-samedi-3Durant Halloween, les enfants font du porte-à-porte en annonçant cette formule pour avoir quelques friandises5. S’ils ne récoltent rien, ils sont autorisés à faire une farce.

Les origines de la coutume Trick or Treat (un mauvais tour ou un cadeau) sont méconnues. Cette pratique était fermement ancrée dans la culture américaine dès 1950, puisqu’on la retrouve dans le comic strip Peanuts, plus connu sous le nom Snoopy et les Peanuts, ainsi qu’un épisode de Disney avec Donald Duck, nommé “Trick or Treat”. Ceci dit, on retrouve dans certaines traditions celtiques de la Samhain des pratiques de déguisement, à l’aide de peaux d’animaux.

Au moyen-âge apparait la pratique du mumming dans les îles britanniques, qui consiste à se déguiser et à effectuer des pitreries en échange de nourriture ou de boisson. La Toussaint et la fête des Morts dans les pays celtiques conservaient aussi certains rituels de la Samhain : les pauvres frappaient aux portes des maisons riches et recevaient des soul cakes (gâteaux d’âme) en promesse de prières aux disparus de la maison. Cette pratique appelée souling a été par la suite confiée aux enfants7.

En Écosse et en Irlande, les jeunes suivaient une pratique appelée guising : ils se déguisaient et demandaient des cadeaux de porte-à-porte. Au lieu de s’engager à prier pour les défunts, ils récitaient un poème, chantaient une chanson ou réalisaient un “tour” avant de réclamer leur cadeau, qui était le plus souvent un fruit sec ou une pièce.

- de-plus-en-plus-fêtée-par-les-Tunisiens-la-fête-d’Halloween-est-pour-ce-samedi-2

L’héritage d’une fête celtique

La fête de Samhain, Samain ou encore Samonios, est une célébration païenne et celtique qui commémorait la fin des moissons, la fin de l’été et le début de la saison courte (appelée la saison sombre en opposition avec la saison claire). Elle existe depuis environ 2500 ans et était fêtée le 31 octobre, qui correspondait au dernier jour de l’année du calendrier celte2.

Lors de cette célébration, les druides priaient les Dieux pour les remercier des récoltes de l’année écoulée et afin qu’ils assurent leur protection durant l’hiver.

La fête durait 7 jours, 3 jours avant la Samhain et 3 jours après, et était obligatoire. Elle avait pour but d’accueillir la nouvelle année, mais aussi les défunts, autorisés à rendre visite aux vivants ce seul jour de l’année.

Les disparus étaient honorés par un grand repas et avaient leur place à table

Les druides allumaient des feux sacrés pour faire revenir le soleil et chasser les mauvais esprits. Chaque habitant emportait chez lui une part de ce feu sacré pour allumer un foyer nouveau dans sa maison. La citrouille utilisée aujourd’hui comme lanterne pourrait rappeler les réceptacles utilisés pour ramener le feu chez soi5, et qui étaient peut-être à l’origine des navets2.

Reprise par les Romains puis par les catholiques

Quelques siècles plus tard, l’Empire romain a étendu son influence jusque dans les territoires celtiques : la fête de Samhain sera peu à peu remplacée par une célébration à la fin des moissons en l’honneur de Pomona, déesse des arbres fruitiers. La fête en l’honneur des disparus a cependant lieu le 21 février, dans le cadre de la célébration des Feralia.

AU IVe siècle, la religion chrétienne devient obligatoire dans tout l’Empire. Les fêtes païennes sont lentement remplacées par des fêtes religieuses : la Toussaint est célébrée dans un premier temps au temps pascal. Plus tard, au VIIIe siècle, le pape Grégoire III la fixa à la date du 1er novembre. Les coutumes païennes persistèrent et Halloween, signifiant la veille de tous les saints, était fêtée le 31 octobre.

Un folklore irlandais exporté aux États-Unis

- de-plus-en-plus-fêtée-par-les-Tunisiens-la-fête-d’Halloween-est-pour-ce-samedi-4En Irlande, mais aussi en Écosse et au Pays de Galles, la célébration de Halloween a perduré. Vers 1600, la tradition était d’installer devant chez soi un navet dans lequel on avait placé une chandelle pour guider les âmes.

Pour effrayer les mauvais esprits, des visages grimaçants étaient découpés dans les navets.

Au XIXe siècle, une grande famine s’est abattue sur l’Irlande. De nombreux Irlandais émigrèrent aux États-Unis emportèrent avec eux cette coutume : les citrouilles illuminées ont remplacé les navets.

L’emploi de courge utilisée comme lanterne rappelle une autre légende irlandaise associée à l’étrange et aux mauvais esprits : la légende de Jack O’Lantern. Jack O’Lantern était un ivrogne cruel et méchant qui aurait joué aux cartes avec le diable. Plusieurs versions existent : dans l’une d’elles, le fait d’avoir gagné contre le diable lui assure de ne jamais aller en enfer. Dans une autre version, il aurait trompé plusieurs fois le diable qui cherchait à avoir son âme en lui jouant des mauvais tours.

À sa mort, Jack O’Lantern ne put entrer au paradis, les portes étant closes. Il ne fut pas non plus accueilli en enfer, le diable lui ayant fait la promesse de ne jamais aller en enfer. Destiné à errer jusqu’à la fin des temps, Jack a demandé au diable une lanterne pour s’éclairer. Il lui fournit un navet et des braises qui lui servirent de torche.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.