8 mois de prison pour Ahed Tamimi, icône de la lutte palestinienne (+Vidéo)

0

La-Femme – La jeune égérie palestinienne Ahed Tamimi a été condamnée à 8 mois de prison pour avoir giflé et frappé des soldats israéliens en Cisjordanie. Les juges du tribunal militaire israélien ont accepté un accord de “plaider coupable”, conclu un peu plus tôt entre le procureur et la défense de l’adolescente, sans quoi elle aurait pu passer des années derrière les barreaux.

Seule, face à une justice militaire israélienne d’une totale partialité, la figure iconique de la résistance palestinienne n’a eu d’autre choix, en effet, que de plaider coupable, au cours de l’audience à huis clos qui a eu lieu, mercredi 21 mars, à Ofer.

Comme des centaines d’autres mineurs palestiniens qui, chaque année, voient leurs droits les plus élémentaires piétinés par des tribunaux israéliens sans pitié, qui ignorent les procès équitables et n’ont de surcroît aucune légitimité pour les juger, l’héroïne du village de Nabi Saleh, dont les rangs se sont clairsemés après une vague d’arrestations parmi ses habitants, a accepté cette issue avec fatalisme. « Le huis clos signifiait qu’il n’y aurait aucun procès équitable, sans témoins. C’était une façon de la faire taire », a expliqué son avocate Me Gaby Lasky.

Il est à noter que la même sentence a été infligée à la mère d’Ahed, Nariman Tamimi, mais assortie d’une lourde amende de 6 000 shekels (1200 euros), en plus de leur faire subir un sort inique et cruel. Ahed Tamimi devrait recouvrer sa liberté, injustement confisquée, d’ici  l’été.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.