Sara Zemmahi, Ingénieure et candidate politique voilée, sème le trouble à LaRem (Montpelier)

0
  • Face à la houle politique provoquée à LaRem, la candidate Sara Zemmahi, répond avec le sourire : “C’est mon quartier, j’y suis née”

La-femme (candidate voilée)- “Un non sujet” : c’est ainsi que Sara Zemmahi qualifie la houle politique provoquée par l’affiche de campagne où la jeune musulmane pose avec son hijab, conduisant une liste de La République en marche (LaRem) embarrassée et hésitante à lui retirer son investiture pour les élections départementales des 20 et 27 juin.

 

Entre les étals du marché de La Mosson, quartier populaire de la banlieue de Montpellier (Hérault) où vit une importante communauté d’origine maghrébine, la jeune femme distribue des tracts et salue les passants dont beaucoup sont des connaissances.

“C’est mon quartier, je suis née ici”, rappelle la candidate de 26 ans, foulard beige sur les cheveux, tunique blanche, pantalon rose pâle et sac assorti.

Ingénieure qualité en région parisienne, elle rentre chaque week-end dans le Sud où elle œuvre au sein de l’association “Tabassam” (“sourire” en arabe), qui fait notamment du soutien scolaire.

A son image, nombre de femmes qui flânent entre les étals de caftans et autres chapeaux pour se protéger du soleil brûlant ont la tête voilée.

Quasi muette depuis l’épisode de l’affiche de campagne qui a fait débat jusqu’au sein du gouvernement, Sara Zemmahi sort du silence, à mots choisis.

Le hijab, “ce n’est pas un sujet pour nous quatre, on ne s’est pas posé la question”, dit-elle aux côtés de ses trois colistiers : les titulaires Mahfoud Benali et Hélène Qvistgaard et l’autre suppléant, Régis Morvan.

“Je ne suis la porte-parole d’aucune cause”, précise-t-elle aussi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.