Fusillade à Strasbourg : au moins trois morts, Vigipirate au niveau «urgence attentat»

0

La-Femme ( Fusillade à Strasbourg ) – Le suspect de la fusillade qui a lieu mardi soir sur le marché de Noël est toujours recherché par les forces de l’ordre. La section antiterroriste du parquet de Paris s’est saisie de l’enquête.

La chasse à l’homme se poursuit à Strasbourg afin de tenter de retrouver l’auteur en fuite de  la fusillade mortelle qui a eu lieu mardi soir sur le marché de Noël . Quelque 350 personnes, dont 100 membres de la police judiciaire, des militaires et deux hélicoptères, sont aux trousses de l’assaillant.

Ce mercredi matin, un peu après 8 heures, les forces de l’ordre seraient intervenues dans le secteur de la cathédrale. Interrogé sur France Inter, le secrétaire d’Etat à l’Intérieur, Laurent Nunez, n’a pas confirmé l’information. Soulignant que « la motivation terroriste de la fusillade n’est pas établie ». Il a par ailleurs expliqué qu’il « n’est pas exclu que le tireur ait quitté le territoire français ».

 

Un suspect de 29 ans « fiché S »

Après cette attaque, le gouvernement a porté le niveau du plan Vigipirate à « urgence attentat », a annoncé Christophe Castaner dans la nuit depuis la préfecture du Bas-Rhin à Strasbourg, où il avait été dépêché par Emmanuel Macron.

Un niveau qui implique, a rappelé le ministre de l’Intérieur, « la mise en place de contrôles renforcés aux frontières et des contrôles renforcés sur l’ensemble des marchés de Noël en France pour éviter le risque de mimétisme ». « Il y aura aussi en complément une mobilisation plus forte encore du dispositif sentinelle sur l’ensemble du territoire », a-t-il encore précisé.

Mardi soir, « à partir de 19h50 », le tireur a ouvert le feu et « semé la terreur » en « trois points » de Strasbourg, a détaillé Christophe Castaner, sans dévoiler son identité. Mais l’on a appris plus tard que le suspect est un homme de 29 ans « fiché S » qui devait être interpellé le matin même par les gendarmes dans le cadre d’une enquête de droit commun. Cinq de ses proches ont aussi été interpellées dans le cadre de cette enquête.

Un bilan toujours incertain

Ce mercredi matin, le bilan reste incertain et diverge selon les sources. Alors que dans la nuit, le ministre de l’Intérieur indiquait que le suspect avait tué trois personnes et blessé 12 (dont six sont toujours en état d’urgence absolue), un peu avant 8 heures la préfecture du Bas-Rhin faisait état du même nombre de morts mais de 13 blessés. Dont huit dans un état grave et cinq blessés légers.

Le bilan de trois morts semble donc se confirmer même si, dans la soirée, le maire de Strasbourg Roland Ries avait évoqué auprès de l’AFP un bilan de « quatre morts et une dizaine de blessés, dont trois ou quatre dont le pronostic vital peut être engagé ». Mais s’était ensuite rangé sur les chiffres du ministère de l’Intérieur.

De son côté, le principal journal thaïlandais « The Nation », affirme que l’une des trois personnes décédées est un touriste originaire de Thaïlande . Il s’agirait d’un homme, âgé de 45 ans qui était en vacances avec son épouse, affirme le quotidien sur la base du témoignage de Namtip Fichot Snayhar, la présidente de l’association Thai-Provence.

Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour « assassinats, tentatives d’assassinats en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste criminelle ». Et le Centre interministériel de crise (CIC) a été activé au ministère de l’Intérieur.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.